Poème 'Le vieux pont' de Maurice ROLLINAT dans 'Paysages et paysans'

Le vieux pont

Maurice ROLLINAT
Recueil : "Paysages et paysans"

Ce bon vieux pont, sous ses trois arches,
En a déjà bien vu de l’eau
Passer verte avec du galop
Ou du rampement dans sa marche.

Il connaît le pas, la démarche
De l’errant qui porte un ballot,
Du petit berger tout pâlot
Et du mendiant patriarche.

Au creux de ce profond pays,
Entre ces grands bois recueillis
Où l’ombre humide a son royaume,

Le jour, à peine est-il réel !…
Le soir, sous l’oeil rouge du ciel,
Il devient tout à fait fantôme.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Pont impérial et royal
    ----------

    Une tour est posée sur l’arche,
    L’Empereur est Maître de l’Eau ;
    Nul ne doit passer au galop,
    La règle veut que chacun marche.

    Le gardien est comte de Garches,
    Lequel est loin d’être un ballot ;
    Son page timide et pâlot
    Aime sa voix de patriarche.

    L’autre gardien est un bailli
    Dont la foi jamais n’a failli ;
    C’est le plus brave du Royaume,

    Ces personnages officiels
    Observent les décrets du Ciel,
    Sauf l’aventureux duc Guillaume.

  2. Planète Trollandra
    ------------

    Ils ont un roi maudit qui campe sous une arche,
    Lui qui aime surtout écrire au bord de l’eau ;
    La reine un beau matin est partie au galop,
    Dévalant l’escalier aux innombrables marches.

    Les neuf ministres sont libres dans leurs démarches,
    Sans regretter le roi, personnage falot ;
    Le peuple cependant les prend pour des ballots,
    Sauf le plus vieux d’entre eux, un noble patriarche.

    L’alchimiste royal erre dans les taillis,
    Qui par de grands tourments n’est jamais assailli;
    Il cherche a compléter la recette d’un baume.

    Ce document n’est pas un rapport officiel,
    C’est un conte rêvé en observant le ciel ;
    Ce sont quelques reflets d’un étonnant royaume.

  3. Planète de Schrödinger
    ----------

    Au Déluge ils n’ont pris que douze chats dans l’Arche,
    Des chats intermittents qui se cachaient sous l’eau ;
    Les autres animaux avaient fui au galop,
    Dont quelques survivants sur cet Océan marchent.

    Pour observer un chat c’est toute une démarche,
    Deux ou trois physiciens se mettent au boulot,
    Ayant pour chef de Dirac (notre copain Paulot) ;
    Car tous, nous écoutons ce sage patriarche.

    Quelques observateurs ont parfois défailli,
    Leur coeur perplexe fut par le doute assailli,
    Ne pouvant démêler le noeud d’un polynôme.

    Nous tenons de ces chats un décompte officiel,
    Calculant, tout au moins, des résultats partiels ;
    Nous détenons la clé d’un étrange royaume.

  4. Planète de Schrödinger (retouche)
    ----------

    Au Déluge ils n’ont pris que douze chats dans l’Arche,
    Des chats intermittents qui se cachaient sous l’eau ;
    Les autres animaux avaient fui au galop,
    Dont quelques survivants sur cet Océan marchent.

    Pour observer un chat c’est toute une démarche,
    Deux ou trois physiciens se mettent au boulot,
    Ayant pour chef Dirac (notre copain Paulot) ;
    Car tous, nous écoutons ce sage patriarche.

    Quelques observateurs ont parfois défailli,
    Leur coeur perplexe fut par le doute assailli,
    Ne pouvant démêler le noeud d’un polynôme.

    Nous tenons de ces chats un décompte officiel,
    Calculant, tout au moins, des résultats partiels ;
    Nous détenons la clé d’un étrange royaume.

Rédiger un commentaire

Maurice ROLLINAT

Portait de Maurice ROLLINAT

Maurice Rollinat, né à Châteauroux (Indre) le 29 décembre 1846 et mort à Ivry-sur-Seine le 26 octobre 1903, est un poète français. Son père, François Rollinat, était député de l’Indre à l’Assemblée constituante en 1848 et fut un grand ami de George Sand. Issu d’un milieu cultivé, Rollinat se met très... [Lire la suite]

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS