Poème 'Le vieux pêcheur' de Maurice ROLLINAT dans 'Paysages et paysans'

Le vieux pêcheur

Maurice ROLLINAT
Recueil : "Paysages et paysans"

Au fil de l’eau coulant sans bruit,
Triste et beau comme un vieux monarque,
Perche en main, débout dans sa barque,
Le pêcheur aspirait la nuit.

Son extase mal contenue
Rivait, pleins de larmes, ses yeux
Au grand miroir mystérieux
Où tremblait l’ombre de la nue.

L’astre pur, à frissons follets,
Jetait prodigue ses reflets
A cette transparence brune ;

J’entendis l’homme chuchoter :
 » C’te nuit ! fait-i’ bon d’exister !
Pour voir l’eau s’ens’mencer d’la lune. « 

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Loi de l’oie
    -----------------

    L’oie magique a pondu sans bruit
    L’oeuf fécondé par un monarque,
    Un jour qu’il voguait dans sa barque
    Juste après la fin de la nuit.

    La jeune oie, dans l’oeuf contenue,
    Sire, aura-t-elle vos beaux yeux ?
    Enfants des rois, enfants des dieux,
    Votre nature est mal connue.

    Les seigneurs sont parfois follets,
    Leurs amours en sont le reflet,
    Témoin Jupiter et ses brunes ;

    Au ciel,un ange a chuchoté :
    « Ce qui commence d’exister,
    C’est plus beau qu’un enfant de lune. »

Rédiger un commentaire

Maurice ROLLINAT

Portait de Maurice ROLLINAT

Maurice Rollinat, né à Châteauroux (Indre) le 29 décembre 1846 et mort à Ivry-sur-Seine le 26 octobre 1903, est un poète français. Son père, François Rollinat, était député de l’Indre à l’Assemblée constituante en 1848 et fut un grand ami de George Sand. Issu d’un milieu cultivé, Rollinat se met très... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto