Maurice ROLLINAT : poèmes, oeuvres et biographie

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Maurice ROLLINAT

Maurice ROLLINAT (1846-1903)

Sa biographie

Portrait de Maurice ROLLINAT

Maurice Rollinat, né à Châteauroux (Indre) le 29 décembre 1846 et mort à Ivry-sur-Seine le 26 octobre 1903, est un poète français.

Son père, François Rollinat, était député de l’Indre à l’Assemblée constituante en 1848 et fut un grand ami de George Sand. Issu d’un milieu cultivé, Rollinat se met très tôt au piano, pour lequel il semble avoir de grandes facilités. Dans les années 1870, il écrit ses premiers poèmes. Il les fait lire à Sand, qui l’encourage à tenter sa chance à Paris. Il y publie son premier recueil « Dans les brandes » (1877), qu’il dédie à Sand mais qui ne connaît aucun succès. Il rejoint alors le groupe des Hydropathes, fondé par Émile Goudeau, où se rassemblent de jeunes poètes décadents se voulant anticléricaux, antipolitiques et antibourgeois. Plusieurs soirs par semaine, la salle du Chat noir, célèbre cabaret parisien, se remplit pour laisser place à l’impressionnant Rollinat. Seul au piano, le jeune poète exécute ses poèmes en musique (il mit aussi en musique les poèmes de Baudelaire). Son visage blême, qui inspira de nombreux peintres, et son aspect névralgique, exercent une formidable emprise sur les spectateurs. De nombreuses personnes s’évanouissent, parmi lesquelles notamment Leconte de Lisle et Oscar Wilde.

Ses textes, allant du pastoral au macabre en passant par le fantastique, valent à Rollinat une brève consécration en 1883. Cette année-là, le poète publie « Les Névroses », qui laisse les avis partagés. Certains voient en lui un génie ; d’autres, comme Verlaine dans « Les Hommes d’aujourd’hui », un « sous-Baudelaire », doutant ainsi de sa sincérité poétique. Cependant, grâce aux témoignages et aux travaux biographiques, nous savons que Rollinat fut toute sa vie très tourmenté et que ses névralgies ne l’épargnèrent guère. Son ami Jules Barbey d’Aurevilly écrira que « Rollinat pourrait être supérieur à Baudelaire par la sincérité et la profondeur de son diabolisme ». Il qualifie Baudelaire de « diable en velours » et Rollinat de « diable en acier ».

Malade et fatigué, Rollinat refuse d’être transformé en institution littéraire. Il se retire alors à Puy-Guillon, puis, en 1883, à Fresselines, proche de l’École de Crozant dans la Creuse, pour y continuer son œuvre. Il s’y entoure d’amis avec lesquels il partagera les dernières années de sa vie. En 1886, il publie « l’Abîme », puis « Paysages et Paysans » ainsi qu’un recueil en prose, « En errant ».

Alors que sa compagne, l’actrice Cécile Pouettre, meurt de la rage, Rollinat tente plusieurs fois de se suicider. Son ami le peintre Eugène Alluaud le veille et s’inquiète. Malade, probablement d’un cancer, le poète est transporté à la clinique du docteur Moreau à Ivry où il s’éteint en octobre 1903, à l’âge de 57 ans. Rollinat repose au cimetière Saint-Denis de Châteauroux.

Il en était venu à être oublié de ses contemporains. Un de ses premiers biographes, l’écrivain et dramaturge Hugues Lapaire, rapporte que lors de l’enterrement, quelqu’un demanda à un vieux Berrichon qui était celui qu’on enterrait ; le vieux répondit : « un fameux pêcheur à la ligne ».


Source : Wikipédia
Ce contenu est soumis à la licence CC-BY-SA.
© 2016 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto