Poème 'L’âne était petit…' de Francis JAMMES dans 'De l'Angélus de l'aube à l'Angélus du soir'

L’âne était petit…

Francis JAMMES
Recueil : "De l'Angélus de l'aube à l'Angélus du soir"

À Charles de Bordeu

L’âne était petit et plein de pluie et tirait
la charrette qui avait passé la forêt.
La femme, sa petite fille, et le pauvre âne
faisaient leur devoir doux, puisque dans le village
ils vendaient pour le feu le bois des fruits de pin.
La femme et la petite fille auront du pain
qu’elles mangeront dans leur cuisine, ce soir,
près du feu que la chandelle rendra plus noir.
Voici Noël. Elles ont des figures douces
comme la pluie grise qui tombe sur la mousse.
L’âne doit être le même âne qu’à la crèche
qui regardait Jésus dans la nuit noire et fraîche :
car rien ne change et s’il n’y a pas d’étoile,
cette nuit, qui mène à Jésus les mages vieux,
c’est que cette comète au tremblement d’eau bleue
pleure la pluie. C’était aussi simple autrefois,
quand les anges chantaient dans la paille du toit ;
sans doute que les étoiles étaient des cierges
comme ceux qu’il y a aujourd’hui près des vierges
et, sans doute, comme aujourd’hui les gens sans or,
que Jésus, sa mère et Joseph étaient des pauvres.
Il y a cependant nous autres qui changeons
si rien ne change. — Et ceux qu’aime bien le bon Dieu,
comme autrefois aussi sous l’étoile d’eau bleue,
c’est les ânes très doux aux oreilles bougeantes,
avec leurs jambes minces, roides et tremblantes,
et les paysannes douces et naïves du matin
qui vendent pour le feu le bois des fruits du pin.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Les ânes rient
    ------------------

    Deux ânes, détachés de leurs lourdes charrettes,
    Sous l'arbre verdoyant prennent un bref repos ;
    Le plus vaillant des deux, encore assez dispos,
    Disait : Ça fait du bien, vois-tu, quand ça s'arrête.

    Je les vois, bavardant, grignotant de la mousse,
    Se racontant aussi des blagues d'autrefois,
    Ou même se moquant, ânes de peu de foi,
    Du curé du village à la rouge frimousse.

    J'aimerais être un âne aux charmantes oreilles,
    Arpentant les jardins comme un lièvre géant,
    Ne disant rien, jamais, sur l'être et le néant,
    Mais bien sur le persil, et sur la tendre oseille.

Rédiger un commentaire

Francis JAMMES

Portait de Francis JAMMES

Francis Jammes (prononcer [jam] et non [djèms]), né à Tournay (Hautes-Pyrénées) le 2 décembre 1868 et mort à Hasparren (aujourd’hui Pyrénées-Atlantiques) le 1er novembre 1938, est un poète français, également romancier, dramaturge et critique. Il passa la majeure partie de son existence dans le Béarn et le Pays basque,... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto