Poème 'Le Cavalier poursuivi' de Théophile GAUTIER dans 'Premières poésies'

Le Cavalier poursuivi

Théophile GAUTIER
Recueil : "Premières poésies"

Moi, poète, je vais du couchant à l’aurore.
JULES DE SAINT-FÉLIX.

Und hurré ! hurré ! hop hop hop !
BURGER.

C’est un fort beau cheval : une large poitrine,
Des jambes de gazelle, et dans chaque narine
Une fauve lueur,
La queue échevelée, une crinière folle
Qui se déroule au vent comme une banderole
Sur le col en sueur ;

Des yeux fiers, pleins de vie, ardents comme la braise,
Qu’on prendrait pour deux trous au mur d’une fournaise
Ou pour deux diamants,
Des yeux illuminés d’une lumière rouge
Comme un soleil dans l’eau, qui frissonne et qui bouge
À tous les mouvements ;

Une croupe arrondie où des glands dorés pendent,
Et de souples jarrets dont les muscles se tendent
Comme des arcs d’acier ;
Un ongle plus poli que le jaspe ou l’écaille.
Quel roi dans son haras eut jamais qui te vaille,
Ô mon noble coursier !

Tu danses sur les blés comme une sauterelle,
À chacun de tes pieds est attachée une aile,
Ton galop, c’est un vol,
Et, quand à bonds pressés tu dévores la plaine,
L’oiseau reste en arrière, et l’ombre peut à peine
Te suivre sur le sol.

La bride sur le col, va, marche, à toi l’espace !
Va, lutte de vitesse avec le vent qui passe
Comme avec un rival ;
Va sans crainte ; — le monde est grand, la terre est large,
Le vent est déjà loin, trop de vapeur le charge,
Hurrah ! mon bon cheval !

Hurrah ! des rocs aigus aux tranchantes arêtes,
Fais jaillir en sautant des gerbes de paillettes
Avec ton dur sabot ;
Brise cet horizon qui n’a pas une lieue
Et voudrait t’enfermer dans sa muraille bleue
Comme on fait d’un pied bot.

Chemins rompus, halliers, buissons, ronces, broussailles
Hérissant leurs stylets, entortillant leurs mailles,
Grands fossés à franchir,
Ravins marécageux où le feu follet flambe,
Fondrières, rochers, rien n’entrave ta jambe
Qui ne sait pas fléchir.

Oh ! comme les maisons, comme les arbres filent !
Oh ! comme étrangement sur le ciel ils profilent
Leur contour incertain !
Essor prodigieux, le sol que ton pied foule
Se retire sous toi comme un ruban qu’on roule,
Et tout se fait lointain.

— Vois là-bas, tout là-bas, cette flèche d’église,
Qui pour te regarder lève sa tête grise
Par-dessus l’horizon,
Te montre au doigt, te nargue, et, comme des reproches,
À ton oreille fait tinter ses quatre cloches
Et galoper le son.

Hop ! hop ! mon andalous, mon noir, — plus vite encore !
Une course pareille à celle de Lénore !
Je suis content, c’est bien.
Le clocher tout confus derrière un mont se cache,
L’oiseau qui te suivait à peine au ciel fait tache,
Et je n’entends plus rien.

Mais, quoi donc ! tu faiblis. — Çà ! veux-tu que je teigne
Mes éperons en pourpre à ton flanc brun qui saigne ?
Allons, courage, allons !
Car nous sommes suivis, mon brave, d’un Vampire,
Je sens, tiède à mon dos, le souffle qu’il aspire,
Il est sur nos talons.

Que derrière tes pas cette porte se ferme,
Et nous sommes sauvés. — Nous touchons presque au terme ;
Saute, vole, bondis ! —
Le monstre ne peut rien sur moi dans cette chambre
D’où s’exhale un parfum de fleurs, de femme et d’ambre,
Comme d’un paradis !

N’as-tu pas vu son œil luire à la jalousie ?
Tout mon bonheur est là, toute ma poésie,
Mes souvenirs, ma foi,
Tout, avec mon amour ; c’est ma pâle créole,
Le soleil de mon cœur, mon âme, mon idole,
Ma Béatrix à moi.

C’en est fait, le voilà, mes prières sont vaines;
II m’éteint les regards et m’entr’ouvre les veines
De ses ongles de fer,
Courbe mon dos et met sur ma tête pendante
Une chape de plomb, comme aux damnés du Dante
Dans le neuvième enfer.

Tu cours bien, mon cheval, et ta croupe est fidèle,
Tu dépasses le vent, le son et l’hirondelle ;
Mais il court bien mieux, lui !
Et pourtant ce coureur, ce n’est pas un arabe,
Un anglais de pur sang, — ce n’est qu’un vilain crabe
Aux pieds boiteux, — l’ennui.

1826 – 1832.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théophile GAUTIER

Portait de Théophile GAUTIER

Pierre Jules Théophile Gautier est un poète, romancier, peintre et critique d’art français, né à Tarbes le 30 août 1811 et mort à Neuilly-sur-Seine le 23 octobre 1872 à 61 ans. Né à Tarbes le 30 août 1811, le tout jeune Théophile garde longtemps « le souvenir des montagnes bleues ». Il a trois ans lorsque sa famille... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto