Poème 'Le Champ de bataille' de Théophile GAUTIER dans 'Premières poésies'

Le Champ de bataille

Théophile GAUTIER
Recueil : "Premières poésies"

En icelle valée oyoit on grant sons
de tabours, trompes et naquerres.
MANDEVILLE.

Or ilz sont mortz, Diex ayt leurs ames.
Quant est des cors, ils sont pourryz.
Le Grand Testament de Villon.

De dars i ot grant lanceis
Et de pierres grand jeteis
Et de lances grand bouteis
Et d’espées grand capleis.
Li Romans du Brut.

Aux branches des tilleuls, aux pignons des tourelles,
Sans crainte revenez vous poser, tourterelles.

Le fracas des canons qui vomissent l’éclair,
Le rappel des tambours, le sifflement des balles,
Le son aigu du fifre et des rauques cymbales,
Enfin ne troublent plus ni les échos ni l’air ;
La brise, secouant son aile parfumée,
A dissipé les flots de l’épaisse fumée,
Crêpe noir étendu sur le front pur des cieux ;
Comme aux jours de la paix, tout est silencieux.

Aux branches des tilleuls, aux pignons des tourelles,
Sans crainte revenez vous poser, tourterelles.

La lourde artillerie et les fourgons pesants
Ne creusent plus la route en profondes ornières ;
On ne voit plus flotter les poudreuses bannières
Par-dessus les fusils au soleil reluisants ;
Sous les pieds des soldats courant à la maraude,
Sainfoins à rouges fleurs, prés couleur d’émeraude,
Blés jaunes à flots d’or au gré des vents roulés,
Comme sous un fléau ne meurent plus foulés.

Aux branches des tilleuls, aux pignons des tourelles,
Sans crainte revenez vous poser, tourterelles.

Cavaliers, fantassins, l’un sur l’autre entassés,
De leurs membres pétris dans le sang et la boue
Par le fer d’un cheval ou l’orbe d’une roue,
Jonchent le sol parmi les affûts fracassés,
Et vers le champ de mort en immenses volées,
Du creux des rocs, du haut des flèches dentelées,
De l’est et de l’ouest, du nord et du midi,
L’essaim des noirs corbeaux se dirige agrandi.

Aux branches des tilleuls, aux pignons des tourelles,
Sans crainte revenez vous poser, tourterelles.

Dans les bois, les vieux loups par trois fois ont hurlé,
Levant leur tête grise à l’odeur de la proie ;
L’œil fauve des vautours a flamboyé de joie
À l’ombre étincelant comme un phare étoilé,
Et, poussant vers le ciel des clameurs funéraires,
À leurs petits béants sur le bord de leurs aires
Longtemps ils ont porté quelque sanglant lambeau
De ces corps lacérés et restés sans tombeau.

Aux branches des tilleuls, aux pignons des tourelles,
Sans crainte revenez vous poser, tourterelles.

Les os gisent rongés, blancs sous le gazon vert,
Et, spectacle hideux, souvent près d’un squelette
S’égrène le muguet, fleurit la violette,
La mousse parasite entoure un crâne ouvert.
Eh bien ! qu’il vienne ici, celui pour qui le glaive
Est un hochet brillant et qui par lui s’élève ;
Si d’horreur et d’effroi tout son cœur ne bondit,
Malheur à lui ! malheur ! car il n’est qu’un maudit !

Aux branches des tilleuls, aux pignons des tourelles,
Sans crainte revenez vous poser, tourterelles.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théophile GAUTIER

Portait de Théophile GAUTIER

Pierre Jules Théophile Gautier est un poète, romancier, peintre et critique d’art français, né à Tarbes le 30 août 1811 et mort à Neuilly-sur-Seine le 23 octobre 1872 à 61 ans. Né à Tarbes le 30 août 1811, le tout jeune Théophile garde longtemps « le souvenir des montagnes bleues ». Il a trois ans lorsque sa famille... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto