Poème 'Le Chant d’Ossip' de ATOS

Accueil > Les membres > Page de poésie de ATOS > Le Chant d’Ossip

Le Chant d’Ossip

ATOS

Au masque de marbre le visage porte l’imprononçable
Dans les veines de sa chair sa lymphe trace l’aleph noire.
Ses lèvres messagères gravent l’intouchable message.
L’oiseau, confident de son âme, frappe au tympan du regard.
Par l’œil de sable, le masque se penche et boit l’onde des griffes.
Le reflet du monde sculpte son image, sans bruit.
l’homme hurle à la face blanche de la Nuit .
les siècles devront songer encore.
L’aveugle reste de marbre.
Il ne dort plus.
Au fond de ses rêves l’oiseau emporte son esprit.

Le poète - Ossip ZADKINE

Le poète - Ossip ZADKINE

Poème préféré des membres

pablonaudet a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS