Poème 'Le Croissant croasse et la Croix sent le renfermé' de PhulanKile

Accueil > Les membres > Page de poésie de PhulanKile > Le Croissant croasse et la Croix sent le renfermé

Le Croissant croasse et la Croix sent le renfermé

PhulanKile

Le spectre creux
du scintillement lumineux
irradie les astres fameux
n’ayant ni désir ni envie d’être heureux

Pauvres habitants de la cité
scintillante de toute sa cruauté
les pauvres se meurent sur la voie lactée,
terrestre sort de l’ineffable humanité.

Le Croissant s’évertue à lui tenir tête
haute, loin de l’inique et sombre crête
dominant l’image rêveuse des êtres qui restent
en pleurs, filant la douloureuse métaphore d’Oreste.

La Croix s’évertue à lui tenir tête
mais, dégrossie par les ans
elle fait feu pour une grande fête
à tous les honnêtes-
à tous les amants…

Mais des deux qui eut le dernier mot,
qui eut le dernier mort en riant.
Ni un ni deux mais le sanglot
de ceux qui vivaient en passant

…sanglot des Sanglotants
qui crurent vivre sur la Terre
qui les dominait rêvant
d’être les puissants
mais ils continuent, ils errent…

12 mars 2005

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS