Poème 'Le dernier souvenir' de Charles-Marie LECONTE DE LISLE dans 'Poèmes barbares'

Le dernier souvenir

Charles-Marie LECONTE DE LISLE
Recueil : "Poèmes barbares"

J’ai vécu, je suis mort. – Les yeux ouverts, je coule
Dans l’incommensurable abîme, sans rien voir,
Lent comme une agonie et lourd comme une foule.

Inerte, blême, au fond d’un lugubre entonnoir
Je descends d’heure en heure et d’année en année,
À travers le Muet, l’Immobile, le Noir.

Je songe, et ne sens plus. L’épreuve est terminée.
Qu’est-ce donc que la vie ? Étais-je jeune ou vieux ?
Soleil ! Amour ! – Rien, rien. Va, chair abandonnée !

Tournoie, enfonce, va ! Le vide est dans tes yeux,
Et l’oubli s’épaissit et t’absorbe à mesure.
Si je rêvais ! Non, non, je suis bien mort. Tant mieux.

Mais ce spectre, ce cri, cette horrible blessure ?
Cela dut m’arriver en des temps très anciens.
Ô nuit ! Nuit du néant, prends-moi ! – La chose est sûre :

Quelqu’un m’a dévoré le coeur. Je me souviens.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Un buveur ivre-mort
    entend son vin qui coule
    Et ne cesse d'emplir les pichets,
    sans rien voir,
    Lent comme une agonie
    et lourd comme une foule.

    Le tavernier manie un lugubre entonnoir.
    Je descends d'heure en heure
    et d'année en année
    Godet après godet de pinard presque noir.

    Je bois, et rien de plus. J'y passe ma journée.
    Qu'est-ce donc que la vie, être jeune, être vieux,
    Toute mission est là pour être abandonnée.

    Je suis un peu trop plein, le vide est dans mes yeux,
    Et Leconte de Lisle, un maître en démesure,
    Remplit mon verre avec du vin bien frais. Tant mieux.

    Ce pinard est léger, bien douce est sa blessure,
    J'y fus accoutumé dans des temps très anciens.
    Le pinard de Cluny imbibe mes chaussures,

    Hier soir, j'étais ici, déjà. Je me souviens.

Rédiger un commentaire

Charles-Marie LECONTE DE LISLE

Portait de Charles-Marie LECONTE DE LISLE

Charles Marie René Leconte de Lisle, né le 22 octobre 1818 à Saint-Paul dans l’Île Bourbon et mort le 17 juillet 1894 à Voisins, était un poète français. Leconte de Lisle passa son enfance à l’île Bourbon et en Bretagne. En 1845, il se fixa à Paris. Après quelques velléités lors des événements de 1848, il renonça... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto