Poème 'La veuve' de ATOS

La veuve

ATOS

« Il se peut qu’on s’évade en passant par les toits
On dit que la Guyane est une terre chaude »

Jean GENET- Le condamné à mort.


À Maurice Pilorge

Que viennent les mots !
Certains, tranchants, nets.
Les mots fébriles, sublimes,
Purs, et inutiles.
Les mots étincelants,
Les mots sanglants
Le cri violent de la Divine
Qui rejette ses voiles.
Puisqu’en ces lieux
On égorge, on échaude, on éventre,
Puisque que se dire devient inconcevable
Puisque devenir devient redoutable.
Que les beaux pages maudits
filent l’écluse des roses
Jusqu’au terril du dénis.
Alors qu’approchent les mots !
Rôdeurs et maraudeurs,
Insupportables,
Impardonnables,
Les mots chauds, et si lourds,
librement inconvenants,
Des mots qui tiendront Place
Des mots voluptueux,
Qui enserrent
Qui échappent
qui courent et qui renversent
Des mots d’ivresse
Enveloppant l’aurore
Outranciers et légers
Des mots d’or et de merveilles
Fer blanc posé sur nos silences
Les mots sévères et lumineux,
Au torse nu, aux hanches bandées,
Élégants, troublants
A l’odeur de nos secrets
Amant de la peur
Frère de fureur
Qu’ils murmurent au cœur
de la blanche Extase.
Qu’ils mentent
Qu’ils nous plaquent,
Qu’ils nous caressent et nous bercent.
Les mots saillants, brillants,
humides et brûlants
qu’ils viennent battre nos ventres
et colorer nos cœurs.
Que les mots entrent et
qu’ils arrachent le temps
Qu’il fassent trembler nos pas
Ces mots impossibles, incongrus,
Ces mots justes, goûtant nos bouches
Ces mots aussi bleus qu’une larme
Les mots âcres et sures
Arrachés aux rivages perdus
Volutes de nos tristes dérives,
Les mots en constant équilibre sur toi
Traversant les murs de leur cité,
Embrassant par la force la Divine étonnée
Et recueillant ton sourire amusé.
Ces mots venus te fêter.
Ces mots si beaux,
Fauves et féroces,
Qu’ils viennent !
Que l’encre pénètre l’océan de cet amour !
Puisque demain verra le jour
Que nous ne connaîtrons jamais.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Merci pour ce chant aux mots de nos maux.

  2. Merci à GENET d'avoir fait de l'enfer...un si bel enfer.

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS