Poème 'Le lien' de ATOS

Le lien

ATOS

Par quoi ça tient ce lien ?
Par ce fil qui barde nos bouches ?
Par ces ombres qui nous parcourent ?
Ce lien qui nous retient ..à quoi tient il ?
Au refus des autres plus qu’au plaisir de nous ?

À ce filin dans lequel nous sommes emmêlés,
Rapiécés, tant de jours accommodés, défigurés ?
A la peur des grands méchants fous ?
A nos pudeurs maladives, à nos prières intestines ?
A quoi ça rime ce rien ?
Ce rien qui punaise toutes ces images ?
A des mots pas pris par le cœur ?
A des gestes qui violent nos rêves ?

Ça ne rime peut être à rien… ce lien.

Ce lien qui nous plaque, qui nous confond,
qui nous entrave, qui nous empreinte, qui nous enserre,
qui nous entrave, qui nous coupe, qui nous blesse.
A quoi tient il ? Au bout de nos bobines… ?
A ce sourire, à l’odeur de cette peau, à la musique de nos mains,
au battement de ces cils, aux formes des collines ?

Qui tire sur le fil, qui le croise, le ficelle, l’embobine,
le torsade, le lime, le mordille, et qui l’arrache après coup ?
Qui lâche soudain le fil ?
Qui le rattrape dans son vol tout à coup ?
Qui le tire, le tend, l’accroche, le noue, et l’entortille ?

A quoi ça tient le destin de tous ces fils ?
A la main qui les tissent ?
Au p’tit bonheur de l’archange ?
A la couleur d’un bonjour ?
Aux poids du silence sur nos genoux ?
A la longueur de nos pas ?
Au dessin de nos routes ?
A ces adieux qu’on ignorait
A ces promesses récitées ?

Que deviennent tous nos fils ?
Des chiffons dans l’arbre de nos souhaits ?
Des drapeaux au fronton d’un palais ?
Des toiles, des voiles, des mouchoirs, des draps,
Des bannières, des bâches pour cacher les étoiles ?
le suaire de nos sommeils ?
Les linceuls d’autres soleils?

A quoi ça tient le fil auquel on tient,
suspendus comme des fous au dessus de ce grand vide ?
Peut être, est ce à ce léger souffle..
A ce rien du Tout, à ce si peu de nous,
à ce réflexe de ne jamais lâcher ce Vivre,
que l’on redoute au delà de nous.

Poème préféré des membres

lecathare a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS