Poème 'Le linge' de ATOS

Le linge

ATOS

Je tirai des lignes d’eau et de sable
et dépliai la volière des âmes.

Brume était si bleue,
geste était de nacre,
et dans son linge,
reposait simplement un rivage.

Deux ailes d’un visage ont alors ouvert les yeux.
Répondant à l’étrange profil d’une femme
j’ai tenu mon langage à l’ocre et au feu.

A la paupière de l’ombre
je déposais chacune de ses notes
sur l’immensité du monde.

Brumes étaient les cieux.
L’ange,
bien étrange,
Une femme,
et,
peut être…dans l’étoffe,
un oiseau bleu.

(Songe du 10 février 2014)

Suaire - "Il y eu un linge qui put dire quelque chose" ou première version à gouache et acrylique diluée sur papier dessin 190grs - 150x50cm de Jacques KERZANET

Suaire - "Il y eu un linge qui put dire quelque chose" ou première version à gouache et acrylique diluée sur papier dessin 190grs - 150x50cm de Jacques KERZANET

Poème préféré des membres

VVAL et IVA ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS