Poème 'Le manoir d’Ango' de ATOS

Accueil > Les membres > Page de poésie de ATOS > Le manoir d’Ango

Le manoir d’Ango

ATOS

L’aire de la bâtisse est grande et les lignes sont profondes.
C’est le matin , du moins, nous le pensons.

Au reste s’attarde encore un peu de nuit,
puisqu’ à la demie du ciel, se fait déjà le tour.

La lumière remonte la grille d’une arcade.
Elle semble dessiner un losange dans le carré de l’ombre.
Midi dresse ses voiles,
c’est un mât qui lui servira de donjon.

Un homme marche,
à sa longe : c’est un chien.
La halle perce son regard.
A l’entrée de la cour
une pierre questionne sa muraille.

Au nu d’un mur, n’importe quel l’ensemble encadre sa fenêtre.

Vingt cinq centimètres par vingt neuf centimètres et demi.
J’entends encore le battement de la pluie.

La petite plaque d’argent s’ajuste à cet instant :
« Lithographie exécutée par G. Engelmann ».

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS