Poème 'Le marathonien' de ATOS

Le marathonien

ATOS

Sous la tempête d’un fleuve j’entends courir les arbres à travers les grilles de nos bouches.
C’est un débordement de souches qui prend racine contre l’arrachement des jours.

Poème préféré des membres

Loic a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS