Poème 'Le marché' de ATOS

Le marché

ATOS

Tout le jour, dans ta rue,
Y a l’ temps qui passe,
et bien souvent la pluie qui s’arrête,
Des souvenirs qui font leur malle,
Et un jongleur qui change d’adresse.

Y a des paroles qui s’ foutent en l’air
le quartier nord qui s’ fait sonner les cloches,
Un gars qui crache des orages,
Une fille qui gobe des nuages,.
Un escalier qui monte en marche,
dans un métro qui tire un rail.
Là haut, l’enseigne d’or botte le train de la gouttière .
Des hirondelles fliquent des anglaises.
Là , un chantier qui se défonce,
des portes qui ricochent,
et puis plus loin des nappes qui filent les cotons.
Midi claque des doigts et toi tu fonces!

Y a le marché bonheur qui balaie toutes ses odeurs !
Le café qui commerce à la brocante des coeurs,

Au marché bonheur …
C’est là qu’on s’offre des fleurs !
Tu choisis la plus sauvage !
Celle qui t’harponne le cœur,
Celle que tu emballes du bout des doigts,
Le temps défait sa malle,
Un souvenir te glisse son adresse
ça te remue la tête…
T’as la boule à l’envers !
C’est Noël sous les pétales !
T’as du sucre partout sur l’âme !

Attention à l’horizon …Fais gaffe à la saison!
Qu’elle ne perde pas sa raison !
Une fleur sans pétales ?
ça r ’semble à rien …
Une fleur sans pétales
Ce n’est plus rien puisque ça meurt.

Y a des soirs , en bas d’ ta rue,
Y a l’ temps qui en grille une.
Sous cette pluie qui se déballe
Faudrait savoir changer d’adresse.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS