Poème 'Le voyeur' de ATOS

Le voyeur

ATOS

Caché tout en lui même,
Il voit sans être vu.
Il regarde ce qu’il ne vivra pas.
Il cherche
Ne se prolonge pas,
Ne se risque pas.
Il guette et attend.
Leurre propice
Il se redoute proie,
Se dit maître de son choix.
Son désir en clairevoie
Sa chair magnifiée,
Il voit et ne s’approchera pas.
Un monde en images.
Il se veut unique et sublime
Hors du regardé .
Il voit et ne goutera pas.
Se voyant en lui même
Il ne se donnera pas.
Le voyeur est en cage.
Lorsque l’observé se déchaîne,
Le voyeur évite le meilleur angle.
Indigne de tout amour
Il se rêve romantique.
L’instrument d’un flou trop pudique,
L’objectif devient pathétique.
Regard en l’être,
Maître regardant,
Voyant sa peur,
Voyeur sachant,
Homme ignorant,
En chair muette,
Il voit sans être vu.
Une parole fantôme
Distant et convergent
Hors du contact
Focale sur soi.
Un homme caméra
Autiste à tout autre,
Soupirant du sublime élan
Castré par son propre reflet.
Il voit sans être vu.
Parthénogenèse de sa chair
Il ne désire que lui même
Et se dévoile impuissant.
Il a vu ce qu’il n’a pu…
A travers les grilles
Il supplie le présent.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS