Poème 'Les lilas' de Armand SILVESTRE dans 'Le Pays Des Roses'

Les lilas

Armand SILVESTRE
Recueil : "Le Pays Des Roses"

Quand les printemps m’étaient joyeux
Prenant leur azur à tes yeux
Pleins d’une éternelle promesse,
Les clochettes des lilas blancs,
Dans la brise, à nos coeurs tremblants

Chantaient une amoureuse messe.
Des alléluias infinis
Montaient des buissons pleins de nids,
Et le coeur odorant des roses
Se balançait dans l’air du soir
Avec des parfums d’encensoir.

- Mais, à présent, printemps morose !
C’est le requiem des amours
Que murmure au déclin du jour
L’oiseau sur les branches lassées ;
Et les clochettes des lilas
Dans l’air léger tintent le glas
Des espérances trépassées !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Sagesse des monotrèmes
    ------------------------------

    Deux ornithorynques joyeux
    Emplissent d’azur leurs doux yeux.
    Cet azur est plein d’allégresse,
    C’est un heureux temps de paresse.

    Le monde est comme un encensoir
    Brûlant du matin jusqu’au soir,
    Dont la douce vapeur enivre
    Et de tout inconfort délivre.

    Il n’est point temps d’être morose,
    Disait l’ornithorynque rose :
    Le jour où l’oiseau fait son nid,
    Depuis toujours, il est béni.

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS