Poème 'Les lys me semblent noirs, le miel aigre à outrance…' de Théodore Agrippa d'AUBIGNÉ dans 'L'Hécatombe à Diane'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Théodore Agrippa d'AUBIGNÉ > Les lys me semblent noirs, le miel aigre à outrance…

Les lys me semblent noirs, le miel aigre à outrance…

Théodore Agrippa d'AUBIGNÉ
Recueil : "L'Hécatombe à Diane"

Les lys me semblent noirs, le miel aigre à outrance,
Les roses sentir mal, les oeillets sans couleur,
Les myrtes, les lauriers ont perdu leur verdeur,
Le dormir m’est fâcheux et long en votre absence.

Mais les lys fussent blancs, le miel doux, et je pense
Que la rose et l’oeillet ne fussent sans honneur,
Les myrtes, les lauriers fussent verts, du labeur,
J’eusse aimé le dormir avec votre présence,

Que si loin de vos yeux, à regret m’absentant,
Le corps endurait seul, étant l’esprit content :
Laissons le lys, le miel, roses, oeillets déplaire,

Les myrtes, les lauriers dès le printemps flétrir,
Me nuire le repos, me nuire le dormir,
Et que tout, hormis vous, me puisse être contraire.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Potion transcendante
    ----------

    C’est un liquide noir, fermenté sans outrance,
    Les Gaulois n’ont jamais dénigré sa noirceur ;
    Ce sont de francs buveurs, de merveilleux danseurs,
    Et si le barde chante, alors, ils sont en transe.

    Avec le chef qui parle et le druide qui pense,
    Ils ont tout ce qu’il faut pour garder leur honneur ;
    Pour explorer le monde, ils ont des randonneurs
    Vaillants dans les combats, sobres dans les dépenses.

    Quand ils sont de repos (les Romains s’absentant),
    De cultiver leur terre ils sont fiers et contents,
    Qui leur est divisée par la justice agraire.

    Ils ont des sources d’eau que rien ne peut tarir,
    De nobles végétaux que rien ne peut flétrir ;
    Et quand is ont bien bu, les Romains sont leurs frères.

Rédiger un commentaire

Théodore Agrippa d'AUBIGNÉ

Portait de Théodore Agrippa d'AUBIGNÉ

Théodore Agrippa d’Aubigné, né le 8 février 1552 au château de Saint-Maury près de Pons, en Saintonge, et mort le 9 mai 1630 à Genève, est un écrivain et poète baroque français protestant. Il fut aussi l’un des favoris d’Henri IV, du moins jusqu’à la conversion de celui-ci. Théodore décide alors de rédiger la plus grande... [Lire la suite]

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS