Poème 'Les poissons volants' de ATOS

Accueil > Les membres > Page de poésie de ATOS > Les poissons volants

Les poissons volants

ATOS

A la ligne d’un fleuve ne mesure pas ta demeure.
On ne franchit le fleuve que de son propre courant.
Ainsi éclaire-t-on toujours une demeure de son vivant
en oubliant les lumières d’un fleuve qui ne soulignent
que les méandres de son temps.
Écoute le courant de ton chant qui afflue par ton cœur,
il sait te dire où te porte ta demeure.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS