Poème 'L’ortie' de ATOS

L’ortie

ATOS

De ma nature j’en reconnais les charmes
et pourrais d’un coeur vous en écrire le regard.

Mais il n’ y a point de parade
à celle qui jette son d’armure.

Soumise à la flamme, puisqu’elle en connaît l’extase,
Elle porte l’idéal comme le ciel son étoile.

Les charmes sont fidèles autant qu’ils sont étranges.
Ils dévoilent leur corps en nourrissant le rêve.

De leur nature je sais la douleur de mon âme
et pourrais de son cœur vous en donner la phrase,
Mais nul besoin de masque à qui sait son visage.

Aimante de la flamme puisqu’elle se trouve en son âme
Elle tend au ciel l’idéal pour l’amour d’une étoile.

De ma nature j’en refuse le drame,
Puisque elle vient de mes lèvres
vous en dessiner tout le charme.

Anthologie poétique 2014 -Volume 4 – Les Flammes Vives – ISBN 9782365500517
décembre 2014.

Fleur de l'ortie blanche

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS