Poème 'Nuageries' de Jean RICHEPIN dans 'La Mer'

Nuageries

Jean RICHEPIN
Recueil : "La Mer"

Les nuages là-haut vont rêvant,
Pas de vent !
Nul rayon n’y met son coloris.
On dirait une bande d’oiseaux
Dans les eaux
Mirant leur gros ventre en velours gris.

Les nuages là-haut vont planant.
Maintenant
La brise ébouriffe leur poitrail
Où les rais du soleil découvert
Ont ouvert
Des blessures d’or et de corail.

Les nuages là-haut vont mourant;
Car, plus grand,
Sous la dent féroce qui les mord
S’élargit le grand trou peu à peu
Tout en feu
Par où fuit le sang et vient la mort.

Les nuages là-haut vont crevant,
Et le vent
Les jette à la mer qui se ternit.
On dirait une bande d’oiseaux
Dans les eaux
Plongeant pour mourir où fut leur nid.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS