Poème 'Sonnet morne' de Jean RICHEPIN dans 'La chanson des gueux'

Sonnet morne

Jean RICHEPIN
Recueil : "La chanson des gueux"

Il pleut, et le vent vient du nord.
Tout coule. Le firmament crève.
Un bon temps pour noyer son rêve
Dans l’Océan noir de la mort !

Noyons-le. C’est un chien qui mord.
Houp ! lourde pierre et corde brève !
Et nous aurons enfin la trêve,
Le sommeil sans voeu ni remord.

Mais on est lâche ; on se décide
À retarder le suicide ;
On lit ; on bâille ; on fait des vers ;

On écoute, en buvant des litres,
La pluie avec ses ongles verts
Battre la charge sur les vitres.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Septentrion
    ---------------

    J’aime la lumière du Nord
    Qui baigne l’horizon, sans trêve,
    Où d’immenses nuages rêvent,
    Qui flottent comme du bois mort ;

    Et j’aime aussi le vent qui mord
    En chantant une note brève,
    Et l’averse qui soudain crève
    Le firmament plein à ras bord.

    J’aime l’inspiration limpide
    Qui, dans son passage rapide,
    Vient me dicter ces quelques vers ;

    J’aime, en parcourant un vieux livre,
    Entendre les feuillages verts
    Recevoir l’eau qui les fait vivre.

Rédiger un commentaire

Jean RICHEPIN

Portait de Jean RICHEPIN

Jean Richepin, né à Médéa (Algérie) le 4 février 1849 et mort à Paris le 12 décembre 1926, est un poète, romancier et auteur dramatique français. Ce poète turbulent, fils d’un médecin militaire originaire d’Ohis (Aisne), eut dans sa jeunesse une réputation de « fort en thème », ce qui lui permit de faire de... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto