Poème 'Oraison du soir' de Arthur RIMBAUD dans 'Poésies'

Oraison du soir

Arthur RIMBAUD
Recueil : "Poésies"

Je vis assis, tel qu’un ange aux mains d’un barbier,
Empoignant une chope à fortes cannelures,
L’hypogastre et le col cambrés, une Gambier
Aux dents, sous l’air gonflé d’impalpables voilures.

Tels que les excréments chauds d’un vieux colombier,
Mille Rêves en moi font de douces brûlures :
Puis par instants mon coeur triste est comme un aubier
Qu’ensanglante l’or jeune et sombre des coulures.

Puis, quand j’ai ravalé mes rêves avec soin,
Je me tourne, ayant bu trente ou quarante chopes,
Et me recueille, pour lâcher l’âcre besoin :

Doux comme le Seigneur du cèdre et des hysopes,
Je pisse vers les cieux bruns, très haut et très loin,
Avec l’assentiment des grands héliotropes.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. La littérature stadanale
    j'y donnâ moi aussi, j'avoue...
    jusqu'à vers 20 ans... J'aimais
    dans Rimbaud 'Oraison du soir'

    Car j'ai lu Rimbaud, oui ! tout !
    Contrairement aux moutons qui le couvrent
    de lauriers, habillent de lauriers
    un sans doute indéfloutable flou

    Campagne avec pour tout libraire
    un coin du Centre Leclerc
    à 20 bornes : on s'enferme avec les classiques,
    si on aime pas les best sellers

  2. Collectionneur
    -----------------

    Je parcours un recueil de poèmes anciens,
    J’en apprécie le ton, j’en admire l’allure ;
    Même, ils chantent en moi, silencieux musiciens,
    Et me font voyager, tels de larges voilures.

    Plus qu’un raisonnement aristotélicien,
    D’un poète farceur m’enchante la parlure ;
    Plus que les songes creux des métaphysiciens,
    J’aime, d’un bref sonnet, la fine ciselure.

    Je lis et je relis avec le plus grand soin,
    Prenant parfois le temps d’avaler une chope ;
    Je commente l’écrit, je réponds point par point

    Sans user, toutefois, d’un trop fin microscope ;
    Puis, des bardes qui m’ont fait naviguer au loin,
    J’apporte le portait au grand trombinoscope.

  3. Retouche au denier vers :

    "le portrait"

Rédiger un commentaire

Arthur RIMBAUD

Portait de Arthur RIMBAUD

Arthur Rimbaud (Jean Nicolas Arthur Rimbaud) est un poète français, né le 20 octobre 1854 à Charleville, dans les Ardennes, et mort le 10 novembre 1891 à l’hôpital de la Conception à Marseille. Lycéen brillant et poète précoce, Arthur Rimbaud excelle dans les compositions latines, parmi lesquelles on trouve ses plus... [Lire la suite]

© 2016 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto