Poème 'Cythère' de Théodore de BANVILLE dans 'Dans la fournaise'

Cythère

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Dans la fournaise"

Comme j’écoutais dans les flots
Gémir une plainte lointaine,
Avec de langoureux sanglots
Qui s’éloignent, le capitaine

Me dit: Si tu veux évoquer
Les vieilles âmes de la terre,
Ami, nous allons débarquer
Dans l’ancienne île de Cythère.

Mais tu n’y verras pas Cypris,
La vierge guerrière et déesse,
Marcher près des splendides lys
Qui la frôlaient d’une caresse.

Aphroditè, fermant ses yeux,
Dort, aussi pâle que l’ivoire,
Et le voile mystérieux
A couvert sa prunelle noire.

Son fier palais, ses blanches tours
Sont des ruines et des tombes,
Et les aigles et les vautours
Ont déchiqueté ses colombes.

Veuve de ses belles forêts,
Avec ses eaux qui s’évaporent,
Cythère est un impur marais
Où des monstres s’entre-dévorent.

Et dans un horrible repos
Où le vent orageux se joue,
De longs serpents et des crapauds
Y rampent, tout couverts de boue.

Tandis qu’un bel azur serein
Se mirait dans l’eau convulsive,
Tel s’attristait le vieux marin
Quand nous atteignîmes la rive.

Alors, silencieux, cachés,
Dans le chemin que nous suivîmes,
Parmi les ombres des rochers,
Voici les choses que nous vîmes.

L’île n’était qu’un champ de fleurs
Aux mille corolles écloses,
Où s’harmonisaient les couleurs
Des violettes et des roses.

Et Celle à qui plaisent nos voeux,
La grande âme de la nature,
Dont l’air baigne les doux cheveux,
Cypris à la belle ceinture;

Cypris, vierge, ravie encor
Dans sa divinité première,
Qui porte une couronne d’or
Brillant à son front de lumière,

Parut. Ses yeux noirs pleins d’éclairs,
Pareils au brasier qui flamboie,
Emplissaient follement les airs
D’éblouissement et de joie.

Et tandis que se reposaient,
Oubliant leurs douces querelles,
Et tendrement s’entrebaisaient
De glorieuses tourterelles,

Des zéphyrs jaloux et tremblants,
Errant parmi les feuilles basses,
Venaient adorer ses pieds blancs.
Derrière elle marchaient les Grâces.

Or le vieux matelot me dit,
En prenant des mines confuses:
Ah! poëte, enchanteur, bandit!
C’est bon, je reconnais tes ruses.

Telle qu’une fleur de lotus
Qu’a brisée un tranchant de glaive,
Certes, je sais bien que Vénus
Est dans la nuit et dans le rêve.

Mais c’est toi, perfide enchanteur
Baisé par les rouges aurores,
Musicien, rimeur, chanteur,
Assembleur des verbes sonores;

C’est toi, c’est ta vaillante amour,
Toujours si fidèle et si forte,
Qui la ramène dans le jour
Et qui l’empêche d’être morte!

6 janvier 1891.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto