Poème 'Paris' de Rosemonde GÉRARD ROSTAND dans 'Rien que des chansons'

Paris

Rosemonde GÉRARD ROSTAND
Recueil : "Rien que des chansons"

Paris ! c’est l’esprit, c’est la grâce,
C’est un refrain, c’est un couplet.
C’est l’éternité sur l’espace,
C’est l’heure sur un bracelet.

C’est quelquefois un peu de prose
Mais c’est bien du lyrisme aussi.
C’est une corbeille de roses
Se promenant sur un taxi.

C’est un moineau parmi la neige,
C’est un pied nu sur un talon,
C’est l’argot qui veut qu’on abrège
Un tas de mots qui sont trop longs.

C’est le dernier métro qui gronde,
C’est le premier muguet fleuri,
C’est une cigarette blonde,
C’est un bateau mouche…
Paris,

C’est la rue où du soleil danse,
C’est le boulevard enchanté,
C’est une leçon de prudence,
Dans tous les passages cloutés.

C’est une main qu’on abandonne,
C’est un collier pas très en or,
C’est un rendez-vous qu’on se donne
À la Piscine Molitor.

C’est une fleur au coin d’un châle,
C’est une mode au coin d’un jour,
C’est un petit sourire pâle
Qui cache un grand chagrin d’amour.

C’est, sur un nez qui se chiffonne,
Un peu trop de poudre de riz.
Et c’est aussi le téléphone
Qui n’est jamais libre…
Paris,

C’est, lorsque le soleil qui passe
Retarde un peu l’heure d’été,
Toutes les fontaines Wallace
Où l’eau fraîche est en liberté.

C’est, lorsque la lune apparue
Magnétise le soir tombant,
Des rêves dans les vieilles rues
Et des baisers sur les vieux bancs.

C’est, lorsqu’après mille secousses
On a voyagé n’importe où,
Le premier cri toujours qu’on pousse :
« Ah ! Paris ! c’est plus beau que tout ! »

C’est l’Obélisque sans rivale !
L’Arc de Triomphe ! le Grand Prix !
C’est le silence d’une salle
Dès qu’on parle à son cœur…
Paris,

C’est Lindbergh dont l’aile tressaille
Sans un quart d’heure de retard.
C’est un vers d’Anna de Noailles,
C’est un mot de Tristan Bernard.

C’est un cornet de cacahuètes,
C’est un jouet sur le trottoir,
C’est le cœur d’une midinette,
C’est le cri des journaux du soir.

Paris ! ça tremble et ça respire,
C’est tout en fleur et tout en or.
C’est bleu, c’est blanc, c’est vert, c’est pire !
Paris ! ah ! mon Dieu ! qu’est-ce encore ?

Paris ! c’est un bateau sans voile
Que la fantaisie aura pris.
Paris ! c’est peut-être une étoile ?
Paris, c’est…
Enfin, c’est Paris !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Charmante hôtesse
    -------------------

    Paris montré par Rosemonde,
    Ça donne de charmants couplets
    Chanson à nulle autre seconde,
    C'est le guide qu'il nous fallait.

    Ce sont les plus diverses choses
    Et de charmantes fleurs aussi ;
    Ce sont des oiseaux qui se posent
    Auprès des buveurs bien assis.

    C'est le Luxembourg sous la neige
    Ou bien sous un soleil de plomb ;
    Les ronds-points, comme des manèges,
    Où le temps peut paraître long.

    Puis, c'est la Seine aux vertes ondes,
    Et c'est le lilas qui fleurit,
    C'est tous les touristes du monde
    Qui se rencontrent à Paris.

    C'est le contraire d'un empire :
    Un assemblage de quartiers
    Où comme au village, on respire
    Un parfum de franche amitié.

Rédiger un commentaire

Rosemonde GÉRARD ROSTAND

Portait de Rosemonde GÉRARD ROSTAND

Louise-Rose-Étiennette Gérard, dite Rosemonde Gérard, poétesse française, est née le 5 avril 1866 à Paris où elle est morte le 5 juillet 1953.
Elle est la petite-fille du comte Étienne Maurice Gérard, héros de Wagram. Son parrain est le poète Leconte de Lisle et son tuteur Alexandre Dumas. Dodette était son surnom... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto