Poème 'L’ordre d’attaque' de guillaumePrevel

L’ordre d’attaque

guillaumePrevel

« Attaque à quinze heures » Un petit billet vient de lui parvenir,
Lui donnant l’ordre de sortir son bataillon épuisé des tranchées.
Ses hommes hagards dont l’esprit a depuis longtemps flanché,
Le regarde résignés en pressentant la menace à venir.

Le capitaine du haut de ses vingts cinq ans sort sa montre à gousset,
Et regarde au cadran l’heure où à la tête de ses hommes,
Il versera son sang sur la terre et mourra dans ce coin de la Somme.
Et il entend déjà, malgré lui, le son strident de son sifflet,

Qui fera sortir tous ces malheureux des abris de la première ligne,
Sous la pluie de métal des mitrailleuses que les « boches » alignent,
A l’horizon, pour se protéger de la mort qui hurle en vagues inutiles.

« Quinze heures! » Comme c’est étrange de connaître la méchante heure,
De sa propre mort; et d’être privé par la contrainte du plus simple bonheur
De vivre; loin de la folie maladive des hommes et de la guerre.

3 Avril 2014

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS