Poème 'Peinture sur soi' de ATOS

Peinture sur soi

ATOS

À l’autel de tes rivages s’offre l’encens de tes secrets.

Chacun de tes visages tisse distinctement la trame
de son chant aux vitraux de mes pensées.

Pleines et translucides humaines,
Rondes femelles aux mille et une volutes célestes,

Ne sois, dans le bruissement de tes voiles,
ni vierge, ni naïade, ni reine,
mais sois ,veux tu, celle qui éventaille la grâce de ses gestes
dans l’immensité naturelle d’une cène qui à ce jour me dévêt.

Longtemps en corps, , sur l’orgue de ma mémoire me reviendra
l’exacte beauté de tes parfums qu’en moi tu venais,
si nombreuses, composer.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS