Poème 'Péristèris' de Charles-Marie LECONTE DE LISLE dans 'Poèmes antiques'

Péristèris

Charles-Marie LECONTE DE LISLE
Recueil : "Poèmes antiques"

Kastalides ! chantez l’enfant aux brunes tresses,
Dont la peau lisse et ferme a la couleur du miel,
Car vous embellissez la louange, ô Déesses !

Autour de l’onde où croît le laurier immortel
Chantez Péristèris née au rocher d’Egine :
Moins chère est à mes yeux la lumière du ciel !

Dites son rire frais, plus doux que l’aubergine,
Le rayon d’or qui nage en ses yeux violets
Et qui m’a traversé d’une flèche divine.

Sur le sable marin où sèchent ses filets
Elle bondit pareille aux glauques Néréides,
Et ses pieds sont luisants comme des osselets.

Chantez Péristèris, ô Nymphes Kastalides,
Quand les fucus amers à ses cheveux mêlés
Effleurent son beau cou de leurs grappes humides.

Il faut aimer. Le thon aime les flots salés,
L’air plaît à l’hirondelle, et le cytise aux chèvres,
Et l’abeille camuse aime la fleur des blés.

Pour moi, rien n’est meilleur qu’un baiser de ses lèvres.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Charles-Marie LECONTE DE LISLE

Portait de Charles-Marie LECONTE DE LISLE

Charles Marie René Leconte de Lisle, né le 22 octobre 1818 à Saint-Paul dans l’Île Bourbon et mort le 17 juillet 1894 à Voisins, était un poète français. Leconte de Lisle passa son enfance à l’île Bourbon et en Bretagne. En 1845, il se fixa à Paris. Après quelques velléités lors des événements de 1848, il renonça... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto