Poème 'Pouèm lynchéen' de PhulanKile

Pouèm lynchéen

PhulanKile

Je regarde des films au lieu de lire, au lieu de me remémorer et d’écrire….
ma maîtrise.
Les réalisateurs David Lynch, Peter Watkins ou Sergueï Eisenstein ont une telle maîtrise, jouent avec une telle virtuosité (virtuelle)… de leurs sentiments, chacun à son sens, chacun captive, chacun partage…
en une même forme (médiatique)
une même forme (humaine)
aux diverses formes (sensorielles)…
divers sens (concepts divers à unique but)
contrastes (de vie) issues d’époques (se montant les unes contre les autres)
[par son humanité dans ce média unique les sens créant
concepts dans sa propre vie]

Mais vos sens restent solitaires,
uniques, à fleur
de peau, car vous êtes juste similaires,
et se perdent les douleurs
que nous exprimons de faux-semblants divers
(établissant l’hiver, en chacun des corps, en chacun des cœurs)….

Je m’ébahis, ivre, de toute cette matière.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS