Poème 'Promenade nocturne' de Théophile GAUTIER dans 'Premières poésies'

Promenade nocturne

Théophile GAUTIER
Recueil : "Premières poésies"

Allons, la belle nuit d’été.

ALFRED DE MUSSET.

C’était par un beau soir, par un des soirs que rêve
Au murmure lointain d’un invisible accord
Le poète qui veille ou l’amante qui dort.

VICTOR PAVIE.

La rosée arrondie en perles
Scintille aux pointes du gazon ;
Les chardonnerets et les merles
Chantent à l’envi leur chanson ;

Les fleurs de leurs paillettes blanches
Brodent le bord vert du chemin ;
Un vent léger courbe les branches
Du chèvrefeuille et du jasmin ;

Et la lune, vaisseau d’agate,
Sur les vagues des rochers bleus
S’avance comme la frégate
Au dos de l’Océan houleux.

Jamais la nuit de plus d’étoiles
N’a semé son manteau d’azur,
Ni, du doigt entr’ouvrant ses voiles,
Mieux fait voir Dieu dans le ciel pur.

Prends mon bras, ô ma bien-aimée,
Et nous irons, à deux, jouir
De la solitude embaumée,
Et, couchés sur la mousse, ouïr

Ce que tout bas, dans la ravine
Où brillent ses moites réseaux,
En babillant, l’eau qui chemine
Conte à l’oreille des roseaux.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Les roseaux sont un peu bavards ;
    Si le poète avec la muse
    En leur voisinage s'amuse,
    Ils en parleront aux canards,

    Aux écureuils et aux renards,
    À la hulotte et à la buse.
    Car les roseaux n'ont nulle ruse,
    La forêt leur est boulevard ;

    Ils ont rendu public, hélas,
    Le handicap du roi Midas
    Qu'il ne voulait dire à personne ;

    Gentille muse, vieux conteur,
    Allez plutôt sur la hauteur
    Qui d'aucune voix ne résonne.

  2. Mille mots sans ambage
    Pour défier ta rage !
    En 1 clivant secret
    Pour 1 charmant trépas ?
    Pour de vilains appâts ?
    Donne donc leur la clé __

Rédiger un commentaire

Théophile GAUTIER

Portait de Théophile GAUTIER

Pierre Jules Théophile Gautier est un poète, romancier, peintre et critique d’art français, né à Tarbes le 30 août 1811 et mort à Neuilly-sur-Seine le 23 octobre 1872 à 61 ans. Né à Tarbes le 30 août 1811, le tout jeune Théophile garde longtemps « le souvenir des montagnes bleues ». Il a trois ans lorsque sa famille... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto