Poème 'Psalmodie' de ATOS

Psalmodie

ATOS

Sur le fond d’une Nature j’ai jeté le linge de mes pensées.
C’est une image étrange que je rêvais d’aimer
lorsque je vivais d’obscurité.
Par mon silence je m’approche et je contemple cette forme
qui longtemps me fit trembler.
Un souvenir parfois se fait entendre sous les arcades du passé.
Une danse muette sur des jours qui me semblent encore porter une odeur de gaîté.
C’est alors que j’implore les replis de ce mystère de me laisser goûter encore un peu de sa beauté.
Que cette voix murmure encore son objet,
Que cette source jaillisse en moi comme la puissance d’un été,
Que ces yeux déposent sur le Rêve la fraîcheur d’une tendresse que leur unique soleil avait su me donner,
Qu’à nouveau ces mains peignent sur mes tempes des sarments de parfums sur les coteaux de mes pensées,
Que ces pas œuvrent en parole comme la promesse des fleurs dans le ventre d’une Terre adorée,
Et que mon âme enfin lise en ce mystère pour que je puisse enfin reposer.
A cette l’heure qui vient me visiter, je parle d’œuvres imaginées et je tais une toile que rien ne peut achever.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS