Poème 'M’amour, tu as trahi ma jeunesse peu caute' de Marc PAPILLON DE LASPHRISE dans 'L'Amour passionnée de Noémie'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Marc PAPILLON DE LASPHRISE > M’amour, tu as trahi ma jeunesse peu caute

M’amour, tu as trahi ma jeunesse peu caute

Marc PAPILLON DE LASPHRISE
Recueil : "L'Amour passionnée de Noémie"

M’amour, tu as trahi ma jeunesse peu caute.
Je brûle t’oeilladant, certes je n’en puis plus !
Vois ma couleur changeante et vois mes sens émus,
Je suis près du péril de l’agréable faute.

Je ne quiers si tu es papiste ou huguenote,
Amour n’a point de loi. Malheureux sont tenus
Ceux qui ne sont sujets de la belle Vénus,
Qui fuit l’ombre d’honneur comme une chose sotte.

Quel bonheur, quelle joie est-ce qu’on en reçoit ?
C’est un abus commun qui les femmes déçoit,
Où l’amour est un bien qui réjouit notre âme.

C’est trop dit, je me perds, ha mon dieu ! je me meurs,
Je sens une liqueur qui doucement me pâme.
Bienheureux qui finit entre tant de faveurs.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Marc PAPILLON DE LASPHRISE

Portait de Marc PAPILLON DE LASPHRISE

Marc Papillon, seigneur de Lasphrise, dit aussi le Capitaine Lasphrise et parfois nommé Marc de Papillon, né près d’Amboise vers 1555 et mort vers 1599, est un poète baroque satirique et érotique français. Marc nait dans le petit fief familial de Lasphrise, dont il prendra le nom. Il tente l’aventure militaire et ses faits... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto