Poème 'Afin qu’amour-oiseau ne soit plus si volage' de Marc PAPILLON DE LASPHRISE dans 'Les Amours de Théophile'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Marc PAPILLON DE LASPHRISE > Afin qu’amour-oiseau ne soit plus si volage

Afin qu’amour-oiseau ne soit plus si volage

Marc PAPILLON DE LASPHRISE
Recueil : "Les Amours de Théophile"

Afin qu’amour-oiseau ne soit plus si volage,
Je veux qu’il ait la forme ores d’un Papillon,
Il en sera plus gai, plus mignard, plus mignon,
Plus céleste, éveillé, plus reluisant, plus sage.

Il ne sera plus triste, étrangement sauvage,
Mais joyeux, mais privé, toujours beau, toujours bon,
Immortel, renaissant en la prime saison,
Bien humble, voletant sans faire aucun outrage.

Le soleil est le père à cet oisillon doux
Qui d’un ver précieux s’engendre idoine à tous,
Filant pour le public, s’emprisonne soi-même,

Pour élargir ses biens à qui le gardera.
En l’honneur de mon nom l’amour doncques sera
Désormais plus aimable, aimant comme on l’aime.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Héraldiste improvisateur
    -------------

    Il trace des blasons sur son livre d’images,
    Lui qui est assisté d’un Fringant Papillon ;
    Il trempe son pinceau dans un beau vermillon,
    Inspiré quelquefois par les propos des sages.

    Il montre un animal domestique ou sauvage,
    Un laboureur, parfois, penché sur son sillon ;
    Ses couleurs sont souvent celles d’un pavillon
    Ou celles des beaux fruits venant d’autres rivages.

    Il est très inventif, mais il est un peu fou ;
    Son âme cependant n’en souffre pas du tout,
    Qui depuis fort longtemps vit avec ce problème.

    Sur le prochain écu qu’il nous proposera,
    Nul ne sait à présent ce qu’il disposera ;
    Un tigre, une licorne, une dame qu’il aime.

  2. Papillon celtique
    -----------

    Aux jardins de jadis il vole avec noblesse,
    Lui qui n’est nullement un papillon de nuit ;
    L’espérance l’anime et l’amour le conduit,
    Car cet être gourmand nulle fleur ne délaisse.

    Il aime la prairie où les tiges se dressent
    Et surtout le pavot dont son coeur est séduit ;
    Je le vois voleter à la saison des fruits
    Qu’il admire en passant, lorsque rien ne le presse.

    Soyez ainsi, lecteurs, ça sera bon pour vous,
    L’été vous sera frais, l’hiver vous sera doux,
    Et vous serez vainqueurs dans les combats sans armes.

    Avec ses compagnons, qui sont loin des tourments,
    Il connaît l’Armorique et ses enchantements
    Grâce auxquels son destin restera plein de charme.

Rédiger un commentaire

Marc PAPILLON DE LASPHRISE

Portait de Marc PAPILLON DE LASPHRISE

Marc Papillon, seigneur de Lasphrise, dit aussi le Capitaine Lasphrise et parfois nommé Marc de Papillon, né près d’Amboise vers 1555 et mort vers 1599, est un poète baroque satirique et érotique français. Marc nait dans le petit fief familial de Lasphrise, dont il prendra le nom. Il tente l’aventure militaire et ses faits... [Lire la suite]

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS