Poème 'Regrets' de Léopold Sédar SENGHOR

Regrets

Léopold Sédar SENGHOR

« A la mémoire de Soukeina »

La gracilité de la gazelle
S’est fondue au crépuscule mourant
Dans la vallée.

L’éclair d’un trait d’ambre
Immuable en mon cœur s’est fixé,
En mon cœur saignant d’un regret inapaisé.

Car le parfum de mon songe inouï,
Splendeur du ciel tropical,
M’a trop bien ébloui pour les temps à venir.

Amie, quelles peines as-tu éteintes ainsi ?
Dis-moi, quels incendies au feu dévorant
As-tu donc plongés au fleuve froid

D’amertume ?
Pour toi j’eusse donné tant,
Pour toi plus belle que le crépuscule

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Une amie avec nous chemine
    Des jours, des ans,
    Puis disparaît ;

    Mais ne disparaît point son rire,
    Ses mots, sa voix
    Quand vient le soir.

    Il n'y a pas de fleuve froid,
    Rien que la terre
    De nos jardins.

  2. Je nouris mon esprit avec les poèmes Africaine- pour mieux connaître l'histoire Ou les réalites de mon pauvre continant.. .
    Merci à sédar senghor- et les autres écrivins de l' Afri..!! {Le comba continu}

Trackbacks
  1. Piaf-Tonnerre au Groenland | Pays de poésie

Rédiger un commentaire

Léopold Sédar SENGHOR

Portait de Léopold Sédar SENGHOR

Léopold Sédar Senghor (Joal, Sénégal, 9 octobre 1906 – Verson, France, 20 décembre 2001) était un poète, écrivain et homme politique sénégalais. Symbole de la coopération française en Afrique pour les uns ou du néo-colonialisme français pour les autres. Il a été le premier président du Sénégal (1960-1980). Senghor fut... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto