Poème 'Si je mourais là-bas…' de Guillaume APOLLINAIRE dans 'Poèmes à Lou'

Si je mourais là-bas…

Guillaume APOLLINAIRE
Recueil : "Poèmes à Lou"

Si je mourais là-bas sur le front de l’armée
Tu pleurerais un jour ô Lou ma bien-aimée
Et puis mon souvenir s’éteindrait comme meurt
Un obus éclatant sur le front de l’armée
Un bel obus semblable aux mimosas en fleur

Et puis ce souvenir éclaté dans l’espace
Couvrirait de mon sang le monde tout entier
La mer les monts les vals et l’étoile qui passe
Les soleils merveilleux mûrissant dans l’espace
Comme font les fruits d’or autour de Baratier

Lou si je meurs là-bas souvenir qu’on oublie
- Souviens-t’en quelquefois aux instants de folie
De jeunesse et d’amour et d’éclatante ardeur -
Mon sang c’est la fontaine ardente du bonheur
Et sois la plus heureuse étant la plus jolie

Ô mon unique amour et ma grande folie

30 janvier 1915, Nîmes.

La nuit descend
On y pressent
Un long destin de sang

Poème préféré des membres

highhopes, ecnaida et Zorgloub ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

  1. Immortel; Immortel , Guillaume APOLLINAIRE dit Adieu à la vie à l'Amour , son coeur parle avec courage, sincérité et exprime la force de l'amour pour LOU. La souffrance est partagée dans cette lecture qui touche l'homme au plus profond de lui même.

Rédiger un commentaire

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto