Poème 'Si je rentre' de ATOS

Si je rentre

ATOS

Si je rentre,
Ne dis rien.
Il n’y a que ton silence que je pourrai entendre
Parce qu’il ne pourra jamais comprendre le mien.

Les ombres connaissent mes prénoms.
Et je ne veux leur adresser aucun pardon.
A jamais, je ne peux oublier leur visage
Devant toi, je ne pourrai prononcer leur nom.

Si je rentre,
Occupe toi, encore un peu, à m’attendre.
Certaines de nos marches n’obéissent pas à la halte de nos pas.
Mais je sais déjà que le bruit de mon silence cessera.

Si je rentre,
je t’en prie, ne parle pas.
Je ne peux pas te faire entendre ce que je ne pourrai jamais comprendre :
Comment j’ai pu laisser à cette guerre tout ce que tu aimais de moi

Si je rentre,
je brûlerai tout ce barda
dans le champs des mille cendres,
en contre bas.
Si tu m’y sais,
N’y viens pas.
Je serai seul pour enterrer tout ça.
Là bas, plus rien, jamais ,n’y poussera.

Si je rentre,
ne crains pas celui qui viendra.
Je sais qu’il me reste la force de te rejoindre.
C’est dans cette pensée que je mordais
lorsque les ombres m’oppressaient de leur fange..

Si je rentre,
Dans nos silences,
Si tu le peux
Regarde moi.
Et si, encore, un peu
…je me ressemble
Alors tu me souriras.

Il faut bien à présent que je rentre.
Ne dis rien, veux tu,
Puisque c’est moi.

Poème préféré des membres

Vide a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS