Poème 'Silences' de ATOS

Silences

ATOS

Qui reste- t-il encore pour dire
ce que n’aurions pas du,
ce que nous n’avons pas su,
ce que nous avons refusé,
ce que nous n’avons jamais osé?

Qui, reste- t-il ici pour dire
ce que nous n’avons pas regardé,
ce que nous n’avons pas protégé,
ce que nous n’avons pas embrassé?
Qui?
Aucun d’entre nous, ou,
peut être ce dernier?
Et si, naufragé de l’ouragan de nos torts,
celui ci, échappé d’entre nous, le peut encore,
alors qu’il ne reste pas ici misérable en corps,
et qu’en passant les portes déchirantes de notre mort,
il lui soit donné l’envie de notre oubli,
la sagesse du renaître, la force de la vie
et tout l’espoir présent qu’il lui viendra d’aimer.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS