Poème 'Songe' de Pierre de MARBEUF

Songe

Pierre de MARBEUF

Cet Hiver en dormant je songe que ma flore,
Voulant récompenser mes peines et mes pleurs,
Me caresse, me baise, et me promet encore
De me garder le fruit de ces premières fleurs.

Ainsi durant la nuit se lève mon aurore,
Afin de m’assurer que les destins meilleurs
Dans cette vision mettaient un ellébore,
Qui purgeant mon esprit guérissait mes douleurs.

Mais tandis que ma main à l’arrêter s’emploie,
Ce corps subtil s’écoule, et moi dans cet effort
Je m’éveille en criant :  » ô cause de ma joie,

Sommeil, l’on vous a cru le frère de la mort,
Mais puisque vos faveurs m’ont fait baiser Silvie,
Je vous crois bien plutôt le père de ma vie ! « 

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS