Poème 'Souvenir' de Théophile GAUTIER dans 'Premières poésies'

Souvenir

Théophile GAUTIER
Recueil : "Premières poésies"

Deux estions et n’avions qu’ung cœur.
Le Lay de maistre Ytier Marchant.

Hélas ! Il n’estoit pas saison
Si tôt de son département.
La Complainte de Valentin Granson.

D’elle que reste-t-il aujourd’hui ? Ce qui reste,
Au réveil d’un beau rêve, illusion céleste ;
Ce qui reste l’hiver des parfums du printemps,
De l’émail velouté du gazon ; au beau temps,
Des frimas de l’hiver et des neiges fondues ;
Ce qui reste le soir des larmes répandues
Le matin par l’enfant, des chansons de l’oiseau,
Du murmure léger des ondes du ruisseau,
Des soupirs argentins de la cloche, et des ombres
Quand l’aube de la nuit perce les voiles sombres.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théophile GAUTIER

Portait de Théophile GAUTIER

Pierre Jules Théophile Gautier est un poète, romancier, peintre et critique d’art français, né à Tarbes le 30 août 1811 et mort à Neuilly-sur-Seine le 23 octobre 1872 à 61 ans. Né à Tarbes le 30 août 1811, le tout jeune Théophile garde longtemps « le souvenir des montagnes bleues ». Il a trois ans lorsque sa famille... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto