Poème 'Télésille' de Amable TASTU dans 'Poésies'

Télésille

Amable TASTU
Recueil : "Poésies"

Scène lyrique


It is a place full of

Storied and poetical associations…
WASHINGTON IRWING.

RÉCITATIF.

Dieu des beaux-arts, père de l’harmonie,
Vois régner en ces lieux la guerre et ses fureurs !
Tu m’abandonnes !… dans les pleurs
S’éteint le feu de mon génie.
O douleur ! je verrai des vainqueurs insolens
Dans ces murs apporter la flamme ;
Nos autels renversés, nos guerriers expirans ;
Et moi !… je ne suis qu’une femme !

CANTABILE.

Éloignez-vous, pressentimens trompeurs
Qui troublez la paix de ma vie !
Un Dieu peut sauver ma patrie,
Et mettre un terme à nos malheurs !
Et toi, ma compagne fidèle,
Lyre, doux écho de mes chants,
Reviens , et rends-moi ces accens
Qui m’ont promis une gloire immortelle.
Reviens, reviens, ma compagne fidèle,
Lyre, doux écho de mes chants !

RÉCITATIF.

O ciel ! quelle terreur nouvelle
Agite ce peuple éperdu ?
Partout une voix trop fidèle
Redit ces mots : Tout est perdu ?

AIR.

Où suis-je ?… quel brûlant délire !
Mon cœur palpite… je frémis…
Ah ! je le sens, un Dieu m’inspire ;
J’entends sa voix me dire :
Combats, et sauve ton pays !

Ma patrie , en proie aux alarmes,
Veut des soldats, et non des larmes ;
A mes transports unissez-vous ;
A votre tour défendez vos époux,
Femmes d’Argos, prenez les armes !
Courez, et de vos faibles mains
Saisissez la lance homicide ;
Que l’airain cache un front timide :
forçons les Dieux à changer nos destins !

ROMANCE.

Adieu, tranquille solitude,
Témoin de mes heureux loisirs ;
Douce paix , poésie, étude,
Je renonce à tous vos plaisirs.

Fleurs qui parez ma chevelure,
Aimables filles du matin,
Fuyez ; une pesante armure
Va couvrir ma tête et mon sein.

Lyre, trop long-temps délaissée,
Enfant des arts, chère aux amours,
Interprète de ma pensée,
Adieu !… peut-être pour toujours !

FINAL.

Un Dieu me conduit et m’inspire,
Sa voix commande, j’obéis ;
Sans cesse je l’entends redire :
Combats, et sauve ton pays !

CHOEUR.

Saisissons la lance homicide ;
D’un glaive armons nos faibles mains ;
Que l’airain cache un front timide :
Forçons les Dieux à changer nos destins.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Amable TASTU

Portait de Amable TASTU

Amable Tastu, née Sabine Casimire Amable Voïart à Metz le 31 aout 1798 et morte le 10 janvier 1885, est une écrivaine française. Elle est la fille de Fille de Jacques-Philippe Voïart et de Jeanne-Amable Bouchotte. Elle épouse Joseph Tastu, éditeur, et qui publiera son principal livre, « Poésies », en 1826.... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto