Poème 'Tour de roseau' de ATOS

Tour de roseau

ATOS

Tu ouvres une fenêtre et tu t’en vas.
Tu inscris le nom de la nuit sur le carnet des jours.
Pointillé d’espace sans royaume,
la paupière de tes lèvres pose surface sur le miroir de ta peau.
Ce froid c’est le silence d’un mot.
Il te reste si peu du parfum de son écho.
La fenêtre reste en corps ouverte
sur une absence qui ne se referme pas.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS