Poème 'Tourments' de Hamid54

Tourments

Hamid54

Qui sait si trop aimer ne peut qu’être ennuyeux,
Quand dans mes noires nuits un souvenir fredonne ;
Quelques agréments snobs, rêve où je m’abandonne,
À chérir un soleil que ne m’offrent les cieux.

Mène ta vie, oh toi ! Loin, très loin de mes yeux,
Répand ailleurs l’amour que ton souffle me donne.
Indigne est mon cœur fou, le sort ne lui pardonne,
Pauvre cœur partagé, sourd et prétentieux !

Cependant, ô mon âme, ô malade insensée !
Quand tu l’auras perdue, oseras-tu demain
Taire, ne serait ce qu’une infime pensée ?

Il est bien temps pour toi d’accepter un destin,
Qui conduit en laisse une vie embarrassée,
Et répand de tes pleurs sur l’espoir incertain.
________________
Images et Sensations – TDR
COPYRIGHT© – ISBN 978.9947.30.246.0

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Hamid54

Image de Hamid54

Nom : Hamid

Prénom : Abed

Naissance : 28/10/1954

Présentation : Bonjour à tous. Je m'appelle Hamid Abed, Je suis de Kabylie, en Algérie. Retraité de la fonction publique depuis quelques années. Depuis ma retraite, je me suis consacré à l'écriture de la...

Accéder à sa page de poésie

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS