Poème 'Trois jours d’été' de ATOS

Accueil > Les membres > Page de poésie de ATOS > Trois jours d’été

Trois jours d’été

ATOS

Existe-t -il un mot
un mot assez solide
un mot comme une main amie
mais je tremble et égrène sous la pluie.
j’épelle et chaque lettre frappe mon front.
Chaque lettre enraye l’éclat de la nuit.
Posé sur mes lèvres
un mot comme limbe métal
qui ne raisonne qu’envers moi.
Je suis un animal jeté sous la cendre.
Je n’inspire que les ombres d’un brasier.
Il me reste entre les doigts ce goût étrange
d’un rêve où vous avez semblé entendre
solitude
solitude comme sablier vide devant moi
debout à cette image je ne me reconnais pas
un son comme vie qui tremble et qui marche dans la pluie
je t’appelle et se dépose au coin de mes lèvres
le sang d’une solitude qui s’écoule entre mes doigts.
Du sable, du temps
et je roule vers ce mot qui n’a plus besoin de nom
contre la vitre
la douleur d’un son posée comme une flamme
la pluie , seule, me répète
la buée de ses lettres enrayent son pas dans la nuit
Trois jours d’été
…et pluie.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS