Poème 'Un Vers de Wordsworth' de Théophile GAUTIER dans 'Premières poésies'

Un Vers de Wordsworth

Théophile GAUTIER
Recueil : "Premières poésies"

Spires whose silent finger points to heaven.

Je n’ai jamais rien lu de Wordsworth, le poète
Dont parle lord Byron d’un ton si plein de fiel,
Qu’un seul vers ; le voici, car je l’ai dans la tête :
— Clochers silencieux montrant du doigt le ciel. —

Il servait d’épigraphe, et c’était bien étrange,
Au chapitre premier d’un roman : — Louisa, —
Les douleurs d’une fille, œuvre toute de fange
Qu’un pseudonyme auteur dans L’Ane mort puisa.

Ce vers frais et pieux, perdu dans ce volume
De lubriques amours, me fit du bien à voir :
C’était comme une fleur des champs, comme une plume
De colombe, tombée au cœur d’un bourbier noir.

Aussi depuis ce temps, lorsque la rime boite,
Que Prospéro n’est pas obéi d’Ariel,
Aux marges du papier je jette, à gauche, à droite,
Des dessins de clochers montrant du doigt le ciel.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS