Poème 'A Albert Glatigny' de Théodore de BANVILLE dans 'Rimes dorées'

A Albert Glatigny

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Rimes dorées"

Pauvre Comédien, pourvu que tu le veuilles,
Autour de Rosalinde errant avec douceur,
Un peuple enchanté, loin du pâle régisseur,
T’apparaît sous les verts abris où tu l’accueilles.

L’aube rose a pleuré sur les fleurs que tu cueilles.
Fou de satin vêtu, Cidalise est ta soeur,
Et, toujours sous la nue errant comme un chasseur,
Tu portes sur ton front doré l’ombre des feuilles.

Le ruisseau, qui te parle en un beau rhythme ancien,
Lorsque tu passes, dit:  C’est un musicien!
Et, comme au rossignol, t’adresse des murmures.

Et, livrant au vent, près de la source où tu bois,
Sa joue en fleur, que souille encor le sang des mûres,
La nymphe Thalia te parle dans les bois.

Mars 1869.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto