Poème 'À Alphonse Karr' de Théodore de BANVILLE dans 'Odelettes'

À Alphonse Karr

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Odelettes"

Que de fois sous les tilleuls,
Tous deux seuls
Avec ma maîtresse blonde,
Ton livre m’a fait songer,
Étranger
A tout le reste du monde !

Je m’alanguissais, à voir
Son œil noir,
Et, me répétant : Je t’aime !
Sans songer au lendemain,
Dans sa main
Elle tenait le poëme.

Oh ! les charmants écoliers !
Vous mêliez
Votre voix et votre haleine
Et vos soupirs amoureux,
Couple heureux,
O Stéphen, ô Magdeleine !

Tel, au mois couleur du jour
Où l’amour
A la terre se marie,
Au fond des vertes forêts
Je pleurais
Sur les genoux de Marie !

Telle Eunice emporte Hylas !
Puis, hélas !
Tout s’enfuit de la mémoire,
L’oubli vient, puis le remord,
Puis la mort,
C’est bien l’éternelle histoire.

Il en est une autre aussi,
Dieu merci !
Douce à mon âme inquiète :
Roméo tombe au printemps,
À vingt ans,
Auprès de sa Juliette !

Il sort par un beau matin
Du festin,
Plein de jeunesse et de sève,
Et meurt les yeux embrasés
De baisers :
Mais, celle-là, c’est le rêve !

Mai 1855.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto