Poème 'Reste belle' de Théodore de BANVILLE dans 'Améthystes'

Reste belle

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Améthystes"

Que ton feu me dévore !
Plaisir ou bien effroi,
Tout me ravit ; j’adore
Tout ce qui vient de toi,
Et la joie ou les larmes,
Tout a les mêmes charmes.

Ta voix qui se courrouce,
Quand j’en étais sevré,
Pourtant semble plus douce
A mon cœur enivré
Que les chansons lointaines
Qui tombent des fontaines.

Garde ta barbarie,
Tes méchants désaveux ;
Tu ne peux, ma chérie,
Empêcher tes cheveux,
Où le soleil se mire,
De vouloir me sourire !

Tes pensives prunelles
Ont emprunté des cieux
Leurs splendeurs éternelles ;
Ton front délicieux
Prend en vain l’air morose,
Ta bouche est toujours rose.

Malgré tes forfaitures,
Les roses de l’été
Ornent de lueurs pures
Ta sereine beauté
A ta haine rebelle.
Il suffit, reste belle !

Non, ta grâce de femme,
Rien ne peut la ternir ;
Elle est un sûr dictame,
Et tu vins pour tenir
La quenouille d’Omphale
Dans ta main triomphale.


Février 1861.

Poème préféré des membres

leutcha, leutcha et leutcha ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

  1. Ta présence me charme,
    Ton absence est repos.
    Ton rire me désarme,
    Et chacun des propos
    De ta langue frondeuse
    Rend mon âme songeuse.

  2. A toutes celles que jai jamais vraiment aimees.

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto