Poème 'Roland' de Théodore de BANVILLE dans 'Les exilés'

Roland

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Les exilés"

Roncevaux ! Roncevaux ! que te faut-il encor ?
Il s’est éteint l’appel désespéré du cor.
Hauts sont les puys et longs et ténébreux, mais Charles,
Frémissant dans sa chair, entend que tu lui parles,
Et, couchés à jamais pour l’éternel repos,
Les païens gisent morts par milliers, par troupeaux,
Sur le sable, à côté des Français intrépides.
Ah ! les vaux sont profonds, et les gaves rapides,
Et la rafale fait tournoyer sur les monts
Ces âmes de corbeaux qu’emportent les démons.
Tandis que l’Empereur à la barbe fleurie
Accourt, hélas ! trop tard vers l’affreuse tuerie,
Ô douleur ! dans le fond des défilés étroits,
Au pied des rocs de marbre, ils ne sont plus que trois :
L’archevêque Turpin, qui, la mort sur la joue,
Navre encor les païens, qu’on l’en blâme ou l’en loue,
Et le brave Gautier de Luz, et puis Roland.
Olivier est tombé, qui, déjà chancelant,
Et l’œil au Paradis qui devant lui flamboie,
Hauteclaire à la main, criait encor : Montjoie !
Il dort, le fier marquis, auprès de Veillantif.
Cependant, à venger notre France attentif,
Sous son armure d’or, pâle, souillé de fange,
Roland, sanglant, blessé, poudreux, fier comme un Ange,
Combat en vaillant preux qui sait bien son métier.
Turpin de son épieu fait merveille ; Gautier
Est plus rouge partout qu’une grenade mûre ;
Le sang de tous côtés tombe de son armure,
Et Roland frappe, ayant une blessure au flanc.
Durandal avait tant travaillé que le sang
Ruisselait sur sa lame, et l’enveloppait toute
D’un humide fourreau vermeil, et goutte à goutte
Pleuvait en même temps de tous les points du fer.
On eût dit que Roland, revenu de l’Enfer,
Tînt un glaive de feu levé sur les infâmes,
D’où sa main secouait de la braise et des flammes.
Tout ce sang tombait dru sur lui, sur son coursier,
Débordant, émoussait le tranchant de l’acier,
Et, lorsque le héros s’élançait comme en rêve,
Bouillonnait en flot clair à la pointe du glaive.
Son odeur enivrante attirait les vautours.
Ah ! s’écriait le bon Roland frappant toujours
Devant lui, si ma main étant moins occupée,
Je pouvais seulement essuyer mon épée !
Il dit, et sur le front du Sarrasin maudit
Frappe ; alors monseigneur saint Michel descendit
Du ciel, et vers Roland, occupé de combattre,
Accourut, enjambant dans l’éther quatre à quatre
Les clairs escaliers bleus du Paradis. Il vint
Au comte qui luttait, souriant, contre vingt
Mécréants, et son fer n’était qu’une souillure.
Mais l’Archange éclatant, dont l’ample chevelure
De rayons d’or frissonne autour de son front pur,
Essuya Durandal à sa robe d’azur.
Ensuite il regagna les cieux. Dans la mêlée
Roland continuait sa course échevelée.
Comme le bûcheron s’abat sur la forêt,
Sa grande épée, heureuse et rajeunie, ouvrait
Les fronts casqués ; à chaque estocade nouvelle,
On en voyait jaillir le sang et la cervelle ;
Et les noirs bataillons qu’il touchait en marchant
Disparaissaient, ainsi que les épis d’un champ
Se renversent, courbés sous le vent qui les bouge.
Une minute après, Durandal était rouge.

Février 1863.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Va-t-il pleuvoir, ciel de château d'Espagne?
    Beau ciel, s'il pleut, tu auras des radis,
    S'il ne pleut pas, du colin refroidi.
    Va-t-il pleuvoir, ciel du grand Charlemagne,

    Beau ciel, s'il pleut, tu auras des montagnes,
    S'il ne pleut pas, la mort, sans paradis.
    Va-t-il pleuvoir, ciel de Roland roidi,
    Beau ciel, s'il pleut, tu auras la Bretagne,

    S'il ne pleut pas, flèche du Sarrazin.
    Va-t-il pleuvoir, ciel de frère et cousin,
    S'il ne pleut pas, nous serons en détresse ;

    Va-t-il pleuvoir, ciel de sombre miroir,
    Beau ciel, s'il pleut, nous irons au lavoir,
    Beau ciel, s'il pleut, prend fin la sécheresse.

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto