Poème 'A Gérard Piogey' de Théodore de BANVILLE dans 'Rimes dorées'

A Gérard Piogey

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Rimes dorées"

O Gérard, si mes vers sont dignes d’être lus
Par la postérité curieuse et ravie,
Ton nom resplendira parmi ceux qu’on envie,
Toujours plus jeune après les âges révolus.

Grâce à toi seul, je vois les arbres chevelus
Et les cieux, et les biens auxquels Dieu nous convie.
Sais-tu combien de fois tu m’as rendu la vie?
Moi, sans être oublieux, je ne m’en souviens plus.

Mais elle te bénit, celle qui la première
A jeté dans mon âme une pure lumière
Et qui fait un bonheur de mon adversité,

Quand elle voit, charmant dans sa métamorphose
Et par tes soins heureux, vivant, ressuscité,
Notre Georges riant, et beau comme une rose!

Lundi 22 mars 1875.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto