Poème 'A Germaine Chéron' de Jacques PREVEL dans 'De colère et de haine'

A Germaine Chéron

Jacques PREVEL
Recueil : "De colère et de haine"

Mâchoires ouvertes sur l’abîme
Et les fondrières comme des méditations
Dépassées et survolées par le défi larvaire encore
de ma route
Je suis à mi-chemin des glaciers
Blasphématoires de la torpeur
Mais je m’éveille agonisant
Avec le calme de celui qui a trouvé la mer informe
des cataclysmes
Nuages aurifiés par l’orage
Cernes violacés des pics et des vents décharnés
Qui transpercent à la fois ma chair
Et le soleil de dieu

Poème préféré des membres

guillaumePrevel a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS